LA VISION G.AMOS

Il n’est pas facile de se savoir porteur d’une vision particulière et de réussir à ouvrir la bouche dans un environnement dominé par les doctrines, où les territoires sont attribués, chacun marquant le sien par des dogmes et systèmes de contrôle discrets, sournois, redoutables et difficilement parables. L’Eglise du seigneur est en otage dans les bâtiments avec des noms de tout genre comme des marques de marchandises. Dans une vision, le seigneur me fit connaître que ceux qui agissent ainsi par rapport à l’évangile ont reçu un O.T.V.P. (une taxe aux impôts  appelé Occupation Temporaire de la Voie Publique). Ceci dit, rien que la volonté parfaite de Dieu se manifestera pour l’Eglise et sans fraude. Seul la main de Dieu peut lever des serviteurs échappant à ce  système humain établit.

Jérémie 1 : (4) « La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots :

(5) Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations.

(6) Je répondis : Ah ! Seigneur Eternel !  Voici, je ne sais point parler, car je suis un enfant.

(7) Et l’Eternel me dit : Ne dis pas : Je suis un enfant. Car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t’enverrai, et tu diras tout ce que je t’ordonnerai.

(8) Ne les crains point, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l’Eternel.

(9) Puis l’Eternel étendit sa main, et toucha ma bouche ; et me dit : Voici, je mets mes paroles dans ta bouche ».

Après avoir assimilé, digéré cette prophétie pour ressortir mon identité spirituelle, l’Eternel me fit approcher de l’autel de la Nation  et consacré au sacerdoce en ces termes :

Esaïe 61 : (1) «  L’esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, Car l’Eternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance ; 

(2) Pour publier une année de grâce de l’Eternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu ; Pour consoler tous les affligés de Sion ;

(3) Pour accorder aux affligés de Sion, pour leur donner un diadème  au lieu de la cendre, Une huile de joie au lieu du deuil, Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu, Afin qu’on les appelle des térébinthes de la justice, Une plantation de l’Eternel, pour servir sa gloire.

(4) Ils rebâtiront sur d’anciennes ruines, Ils relèveront d’antiques décombres, Ils renouvelleront des villes ravagées, dévastées depuis longtemps ».

Cette prophétie plus réjouissante ne m’a pas fait oublier celle de Septembre 2014, qui m’avait semblé lugubre, mais plus aujourd’hui, venant de ma grande sœur, servante de l’Eternel et  tiré du livre de Nahum en ces termes :

Nahum 1 : (12) « Ainsi parle l’Eternel : Quoique intacts et nombreux, ils seront moissonnés et disparaîtront. Je veux t’humilier pour ne plus avoir à t’humilier…

(13) Je briserai maintenant son Joug par-dessus toi, Et je romprai tes liens…

(14) Voici ce qu’a ordonné sur toi l’Eternel : Tu n’auras plus de descendants qui porte ton nom ; J’enlèverai de la maison de ton dieu les images taillées ou en fontes ; Je préparerai ton sépulcre car tu es trop léger ».

C’est avec fierté que je peux  traduire le parcours de mon appel « anormal »  dans ces termes de Habacuc pour encourager plusieurs appelés qui sont encore dans la prison de l’abîme de leur richesse ministérielle avec en surface une obscurité d’influence doctrinale qui les plonge dans le renoncement à leur propre identité spirituelle singulière et particulière. Oui il faut que tu sois dans ta génération cet enfant destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction    (Luc 2 : 34 « 34Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère: Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, »). Que courageusement soit traduit ce que l’esprit de Dieu dit au prophète sans  hésitation.

Habacuc 2 : (1) « J’étais à mon poste, Et je me tenais sur la tour ; pour voir ce que l’Eternel me dirait, Et ce que je répliquerais après ma plainte.

(2) L’Eternel m’adressa la parole et il dit : Ecris la prophétie : Grave-la sur des tablettes, Afin qu’on la lise couramment ».

Amen !